Histoire d'une famille d'accueil: Jean et Marianne

Publié le par Solidarité Chiens Belges

Jean  raconte ici comment lui et sa femme sont devenus  famille d'accueil pour Solidarité Chiens Belges.


Le tout premier….

Novembre 2006,


Ca y est, c’est décidé, je pose mes valises de "globe trotter professionnel" après près de 10 ans de voyages incessants. Nous allons enfin pouvoir chercher le compagnon de vie pour Kali, notre Groendael de 3 ans ½…

Début Décembre 2006,

grimmy2.GIFPas question pour nous d’acheter un loulou en animalerie, il y a tant de malchanceux sur cette planète, tant de naufragés la vie, que nous pourrons certainement trouver le compagnon idéal pour notre petite princesse…
D’abord, nous en parlons autour de nous : notre vétérinaire entendra peut-être parler de quelque chose ? Une petite annonce ? Un coup de cœur dans un refuge ? Qui sait ?
Je plonge donc sur les moteurs de recherche alors que Marianne parcourt la presse écrite…

Le 13 décembre, au détour d’une petite annonce pour un superbe jeune Husky en danger dans une SPA du Hainaut (Belgique), je trouve un lien vers un Forum… « Solidarité Chiens Belges » cela s’appelle, ils sauvent des chiens et des chats de cette SPA en les plaçant en adoption…
Je veux en savoir plus à propos de ce loulou qu’ils ont appelé ‘Inouk’ et pour cela, je m’inscris… Et me prend  au jeu, le faisant découvrir le soir-même à ma tendre épouse.

Nous ne connaissions pas cet ‘aspect’ de la Protection Animalière, pensant, comme beaucoup que pour adopter un chien, il fallait passer par le refuge, et ignorant tout à fait que des bénévoles faisaient tout cela.
Nous apprenons aussi qu’Inouk ayant été trouvé et étant identifié, il devait subir un « délai de 45 jours » d’attente avant de pouvoir être adopté si ses maîtres refusaient de l’abandonner officiellement.
Nous décidons donc, dans l’attente de pouvoir éventuellement l’accueillir lorsque son délai sera fini d’aider un de ces chiens encore plus en danger que lui, et, s’il nous est impossible de pouvoir lui offrir à lui un Noël au chaud, un des ses compagnons d’infortune le pourra peut-être si nous pouvons le prendre en Famille d’accueil.

Dans la liste des chiens en danger, se trouvent dans une cage extérieure une femelle Golden retriever et une autre femelle croisée labrador noire de 5 ans toutes deux, abandonnées ensemble au motif de ‘manque de place’… Elles ont été surnommées ‘Chanelle’ et ‘Créole’. Chanelle part le 19 décembre en Famille d’accueil en région Parisienne et Créole….creole.jpg

Le 17 décembre, nous déposons la demande pour l’accueillir chez nous, le 19, c’est confirmé, elle arrive chez nous le lendemain . J’ai pris congé et veut aller la chercher avec toute la famille (Marianne et Kali).

Mercredi 20 décembre 2006.


C’est aujourd’hui que nous allons chercher Créole qui en réalité s’appelle TARAH !
Nous avons rendez-vous à 13H30 avec Manou et Valérie, c’est la première fois que nous entrons à La-Louvière.

12H, alors que nous passons nos vestes avant de monter dans la voiture, le téléphone sonne. Valérie nous avertit, en faisant préparer les papiers de Tarah : elles ont appris que la belle est identifiée « AMSTAFF » et ont peur que cela remette en cause notre détermination. Que Nenni, elle n’en est encore que plus en danger !

Nous accourons pour la sortir (et aussi rencontrer ces membres avec lesquels nous dialoguons depuis quelques jours maintenant).

A l’heure dite, nous sommes devant la grille bleue de LL, Valérie nous accompagne et nous fait ‘visiter’ pendant que Manou récupère les documents de la belle et règle les formalités de sortie.

Viens le moment de sortir Tarah de sa cage, elle nous a déjà montré toute sa gentillesse au travers des barreaux de sa cage et dès sa sortie nous fait la fête ; elle, elle nous a déjà adopté !

Rapide promenade de détente hors de l’enceinte de la SPA, puis, je sors Kali de la voiture pour une petite présentation… Aucun problème, les 2 noires s’entendent de suite et s’installent dans la voiture pour le retour.

Chez nous, Tarah a tout de suite trouvé ses marques, on a d’abord passé un petit moment dehors pour se délasser et jouer, puis vint le moment de visiter la maison et découvrir la panoplie qui l’attendait. Cette chienne est un amour, câline, joueuse et de suite adoptée par tout le monde (sauf Sushi, le chat, patriarche de la maison LOL !)

Son endroit de prédilection, devant le feu ouvert qui crépite(ou carrément dedans lorsqu’on en ouvre la porte) ou sur les genoux où, malgré son gabarit Labrador et ses quasi 30Kg, elle peut se blottir de façon à ne pas prendre trop de place.

24 décembre 2006,

En cette veille de Noël, notre petit-fils de 20 mois vient passer le réveillon avec ses parents ; comme tout profane, nous avons quelques craintes et prenons alors quelques précautions… La muselière achetée pour l’occasion s’avèrera très vite bien inutile (c’est d’ailleurs la seule et unique fois qu’elle servira !), Tarah est un ange avec Bastien, lui la caresse, elle lui fait quelques léchouilles, en fin de soirée, ils sont devenus inséparables…

Tarah est restée avec nous jusque pâques, moment où elle a rejoint sa nouvelle famille au sein de laquelle elle est hyper heureuse et hyper aimée par ses nouveaux ‘parents’ .

Elle a vu passer d’autres chiens en FA chez nous :
- Frimousse, qui a été adoptée par les parents de Marianne,
- Bambou, qui est venue une quinzaine de jours chez nous avant de pouvoir rejoindre une autre FA dans le sud ouest de la France,
- Bianca, restée chez nous près de 3 mois elle aussi avant d’être adoptée,
- Nosa, Tina, Thelma et Cana, 4 sœurettes croisées Labrador elles aussi et arrivées le jour même de son départ,
- Et même Athos, le beau mâle groendael que nous avons adopté par l’intermédiaire de notre vétérinaire suite au décès de son maître.

Et Inouk ? Le jour de la sortie de Tarah, une dame, amie et protectrice des animaux elle aussi , l’a réservé à la spa et l’a adopté dès que son délais d’attente à été terminé au tout début du mois de Janvier. Il vit maintenant heureux chez elle…

La motivation ?

Lorsque j’ai posté le premier sujet sur le Forum, je ne pensais certainement pas en arriver à cela, et encore moins lorsque nous avons accueilli Tarah, maintenant, il est exclu pour nous d’envisager de ne plus sauver d’autres frères ou sœur d’infortune.

Alors, qu’est-ce qui peut bien nous motiver ? Je n’en sais trop rien, mais voici quelques émotions, en pagaille…
Avez-vous déjà vu le regard d’un chien derrière les barreaux d’une SPA (quelle qu’elle soit) ? Oui, j’en suis sûr !

Et celui du chien que vous sortez de cette cage pour l’emmener avec vous ? Peut-être…

Lorsqu’il entre chez vous, il en a parfois bavé dans sa courte vie, battu, mal nourri, arrivé dans sa cage suite à une longue errance, abandonné par des maîtres qui se sont lassé du ‘petit jouet’ acheté quelques temps plus tôt en animalerie, Certains, ne savent même pas ce qu’est de l’herbe et lors de leur arrivée…

Dans certains cas, heureusement assez rare, il n’est même pas sûr qu’il survivra tant son état peut être mauvais.
Alors, quand au fil des jours, grâce aux soins à l’amour et à l’écoute que vous lui portez, vous le voyez reprendre confiance, d’abord en vous, puis dans les autres…

Lorsque ce regard triste le quitte définitivement et que ses yeux s’illuminent à nouveau…

Et puis, Viens le jour où…

Il trouve ses nouveaux maîtres, ceux qui vont prendre le relais sur vous et lui faire partager leur vie, jusqu’à la fin de ses jours. Et lors de son départ, le plaisir de le voir partir ‘confiant et heureux’, d’avoir fréquemment des nouvelles de son intégration dans sa famille et de le voir s’y épanouir.

Pour nous, à chaque départ, une seule envie, aller en ‘sortir’ un autre et recommencer... Nous avons même décidé de quitter notre maison actuelle pour nous installer dans une propriété plus vaste où nous pourrons sauver d’autres chiens dans de meilleures dispositions que celles que nous leurs offrons pour l’instant.

Publié dans Etre famille d'accueil

Commenter cet article